Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sécheresse : crise renforcée

Publié le par Nature Environnement 77

Reçu  ce jour le courrier suivant de la préfecture :

Suite au fort déficit pluviométrique de ces dernières semaines, le franchissement de crise renforcée a été constaté pour le Petit Morin et le Grand Morin, et le franchissement du seuil de crise a été constaté pour l'Orvanne. De plus, deux des trois stations hydrométriques composant le réseau de référence de la zone d'alerte Fusain Montargois ont désormais un débit moyen journalier faible, entraînant ainsi le franchissement du seuil de crise renforcée sur la zone Fusain Montargois.

Aussi le Préfet a constaté ces franchissements de seuils et a rappelé les mesures sécheresse qui s'appliquent sur ces bassins versants, le 21 août 2009, par 2 arrêtés consultables sur le site de la préfecture de Seine et Marne :
arrêté n° 2009/DDEA/SEPR/479
arrêté n° 2009/DDEA/SEPR/480

Publié dans Eau et sécheresse

Partager cet article

Repost 0

Biodiversité et "nuisibles"

Publié le par Nature Environnement 77


Communiqué de presse de FNE - Mercredi 5 août 2009

Le rapport Lang sur les « nuisibles » :
une vision rétrograde et partisane de la biodiversité


Le député de Moselle, M. Pierre Lang, vient de remettre au ministre de l’écologie M. Borloo son rapport sur la notion d’espèce « nuisible ». A l’heure où la société prend conscience du rôle et de l’importance de la biodiversité pour notre avenir, où les états se mobilisent pour enrayer son déclin, on pouvait espérer trouver dans ce rapport des propositions allant dans le sens d’une meilleure protection de la faune sauvage et d’une réhabilitation des espèces dites « nuisibles ».

Or c’est tout l’inverse : les propositions du rapport Lang visent à aggraver les menaces sur les espèces sauvages ! Il s’agit notamment :
- de déroger au statut d’espèce protégée pour permettre la destruction des rapaces ;
- d’autoriser la destruction des nids et des œufs des oiseaux chassables, actuellement interdite ;
- de permettre le piégeage et la destruction des espèces classées « nuisibles » sur toute la France, au lieu de les limiter aux départements où ces espèces causent des dégâts ;
- et même de légaliser l’usage du poison pour le pigeon ramier, alors que les conséquences du poison en milieu naturel sont catastrophiques pour les espèces sauvages.

Si la faune sauvage peut poser à certaines activités humaines des problèmes ponctuels qu’il faut résoudre, elle joue aussi un rôle essentiel dans le fonctionnement des écosystèmes, rôle que le rapport occulte totalement. Ainsi, les prédateurs, grands consommateurs de petits rongeurs, sont de précieux alliés de l’agriculture. Répondre aux dégâts par la seule destruction n’est plus acceptable aujourd’hui, alors que des méthodes de prévention, non nocives pour la faune, existent et sont efficaces.

Pourtant, FNE, la LPO et la Ligue Roc avaient rencontré M. Lang et lui avaient fait des propositions précises pour une amélioration du statut des « nuisibles ». Mais le rapport n’en retient aucune ! M. Lang semble n’avoir entendu que les revendications des chasseurs et des piégeurs, qu’il reprend très largement.

Ce rapport traduit une vision rétrograde et partisane de la faune sauvage : il ne répond pas aux enjeux de la protection de la nature du XXIe siècle.
FNE, la LPO et la Ligue Roc appellent à une réhabilitation des espèces dites « nuisibles », qui passe par une réforme de leur réglementation, en phase avec les enjeux cruciaux de sauvegarde de la biodiversité et les attentes de la société.


RAPPEL : en août 2008 NATURE ENVIRONNEMENT 77 a déposé ainsi que l'ANVL et la LPO un recours contre un arrêté du préfet de Seine et Marne qui classaient la martre, la belette et le putois comme animaux nuisibles. Notre association a gagné ce recours et l'arrêté préfectoral a été annulé.

Partager cet article

Repost 0

SESSION DE FORMATION SUR LE PLU

Publié le par Nature Environnement 77

Attention: Session complète

A la suite des dernières élections municipales, de nombreux plans d'occupation des sols (POS) ont été mis en révision, déclenchant l'élaboration de PLU. Les PLU existants doivent eux-mêmes évoluer ou le devront quand le nouveau SDRIF sera mis en application. A la demande des associations confrontées à cet outil et à des procédures qu'elles connaissent mal, Ile-de-France Environnement organise une session de formation

 

Tout sur les plans locaux d'urbanisme (PLU)

Samedi 26 septembre 2009 de 10h à 16h30
Maison des associations, 22 rue Deparcieux, 75014 Paris
Stations métro et RER : Denfert-Rochereau ou Gaité
 
Programme :
10h : accueil des participants

10h10 : introduction de la session par Daniel Hannotiaux, président d'IDFE

10h15 : intervention de Philippe Baffert, chef du bureau de la législation de l'urbanisme au MEEDDAT
  • le PLU comparé au POS, le rôle et l'utilité du PADD
  • la hiérarchie des documents d'urbanisme en Ile-de-France (SDRIF, OIN, SCOT et PLU) ; les notions de conformité et de compatibilité, le SCOT relais entre SDRIF et PLU
  • Le rapport du PLU avec d'autres documents (PEB, PPRI, PPRT, PNR, PDU, SDAGE,…)
11h30 : questions-réponses
 
12h : Pause-déjeuner (nombreux petits restaurants dans la rue Daguerre)
 
13h45 : intervention de Maitre Sébatien Le Briéro, avocat spécialisé
  • le contenu type d'un PLU, les différents documents qui le constituent les procédures d'élaboration et d'évolution des PLU et des POS
  • les possibilités légales pour l'intervention des associations d'environnement
  • la concertation préalable, les personnes publiques associées, l'enquête publique
  • les contentieux des PLU et leurs rapports avec les autorisations d'urbanisme
15h : questions-réponses

15h30 : intervention de Philippe Gallot, responsable du service technique de l'aménagement à la DDEA 78
  • le volet environnemental des PLU : (en référence à l'alinéa 7 de l'article L123-1 du CU)
  • conseils aux associations
16h10 : questions-réponses

16h30 : clôture de la session
 
Attention, les places sont limitées.
Inscription obligatoire avant le 23 septembre 2009 à Ile-de-France Environnement
54 avenue Edison 75013 Paris. 01 45 82 42 34
idfe75@gmail.com

Publié dans Formations

Partager cet article

Repost 0

PREDD : derniers jours pour donner votre avis

Publié le par Nature Environnement 77

Vous pouvez encore donner votre avis sur le Plan Régional d'Elimination des Déchets Dangereux et ceci jusqu'au Vendredi 31 juillet.
Vous trouverez  ici  l'avis de NATURE ENVIRONNEMENT 77.
La consultation et le dépôt de vos remarques sont possibles en ligne, sur le site : www.Iledefrance.fr/plansdechets

Si vous ne l'avez pas déjà fait, participez !!

Partager cet article

Repost 0

nouveau site d'information "Tout sur l'environnement"

Publié le par Nature Environnement 77

Un nouveau site Internet "Tout sur l'Environnement" vient d'être mis en ligne. Il s'agit d'un portail bien fait qui oriente les utilisateurs vers les informations, documents et données relatifs à l'environnement et disponibles sur d'autres sites ou portails publics existants.
 http://www.toutsurlenvironnement.fr/
C'est une bonne synthèse,  d'accès agréable, mais qui n'intègre ni ne remplace les infos données par les associations

Publié dans Vie Associative

Partager cet article

Repost 0

LES "VILLAGES NATURE" OU PLUTOT "CONTRE NATURE"

Publié le par Nature Environnement 77

L'association Agir pour Mieux Vive Villeneuve-le-Comte demande un référendum communal sur le projet Disney / Pierre et Vacances. Mais ce ne sont pas seulement les habitants de Villeneuve-le-Comte qui sont concernés et les enjeux dépassent le cadre communal.

Notre motion prise lors de notre assemblée générale de mars 2006 et évoquant ce projet reste complètement d'actualité aujourd'hui : 

 

"ALERTE  L'URBANISATION ET L'EXTENSION DE MARNE-LA-VALLEE INCOMPATIBLES AVEC LE DEVELOPPEMENT DURABLE" lire ici

Lire également l'article publié par l'association Villages Solidaires de Lumigny-Nesles-Ormeaux qui décortique parfaitement bien ce projet. lire ici 

 

Va-t-on laisser faire ces villages contre nature ?

Partager cet article

Repost 0

Et où en est votre SAGE (schéma d'aménagement et de gestion de l'eau) ?

Publié le par Nature Environnement 77

Il n'existe en Seine-et-Marne que quatre SAGE, en cours d'élaboration ou de mise en oeuvre :
SAGE "Yerres" 121 communes dont 98 en Seine-et-Marne
SAGE "Nappe de Beauce" 747 communes dont 80 en Seine-et-Marne
SAGE "Deux Morin" 175 communes dont 103 en Seine-et-Marne
SAGE "Nonette" 33 communes dont 1 en Seine-et-Marne

Ils comptent  282 communes en Seine-et-Marne. Ils sont donc loin de couvrir les 514 communes que compte ce département !

Certes l'élaboration d'un SAGE est facultative. Et pourtant, instauré par la loi sur l'eau de 1992, le SAGE est un document de planification à l'échelle d'un bassin versant qui va permettre de décliner au niveau local le SDAGE (schéma directeur d'aménagement et de gestion de l'eau du bassin Seine-Normandie par exemple) et d'élaborer de façon décentralisée et concertée des outils ayant pour objectif la recherche d’une gestion équilibrée, concertée et durable de la ressource en eau.

Six SAGE sont en projet :

  • Le SAGE "Ourcq",
  • Le SAGE "Marne Vignoble",
  • Le SAGE "Seine Centrale",
  • Le SAGE "Seine Moyenne",
  • Le SAGE "Bassée",
  • Le SAGE "Loing",
  • Le SAGE "Marne confluence".



Publié dans Eau et sécheresse

Partager cet article

Repost 0

LA PROBLEMATIQUE DE L'EAU : LES OBJECTIFS DE LA DIRECTIVE CADRE EUROPEENNE RISQUENT DE N'ETRE ATTEINTS QU'EN 2027 AU LIEU DE 2015

Publié le par Nature Environnement 77

Illustration par le cas de la situation du bassin versant de l'Yerres. Des mares et des zones humides disparues ; des eaux de surface et de la nappe de Champigny gorgées de nitrates et de pesticides ; des stations d'épuration déficientes ; des rivières et rus pollués ;  leurs zones d'expension des crues et la végétation de leurs berges supprimées ; ces rus et ces rivières qui ne seront pas à même, avant longtemps, de jouer leur rôle d'auto-épuration tel qu'il serait nécessaire avec les nouvelles stations d'épuration écologiques... on le savait, mais c'est encore pire qu'on ne le pensait.

Lire à ce propos l'article détaillé publié par l'association Villages Solidaires de Lumigny-Nesles-Ormeaux, en se basant sur le diagnostic rendu par la Commission Locale de l'Eau (CLE) dans le cadre de l'élaboration du Schéma d'Amenagement et de Gestion de l'Eau (SAGE) du bassin versant de l'Yerres : cliquer ici

TOUTES NOS ACTIONS POUR RECONSTITUER AUTANT QUE POSSIBLE LES MILIEUX AQUATIQUES NATURELS AU LIEU DE POURSUIVRE LEUR DESTRUCTION SONT DONC PLUS QUE JAMAIS URGENTES ET LEGITIMES.

Publié dans Eau et sécheresse

Partager cet article

Repost 0

Enquête publique du 2 juin au 18 juillet 2009 sur le projet de PREDMA

Publié le par Nature Environnement 77

Vous avez encore jusqu'au samedi 18 juillet pour donner votre avis sur le projet de plan régional élimination des déchets ménagers et assimilés arrêté par les élus régionaux le 6 mai 2009.

Voici les observations envoyées au président de la commission d'enquête par NE 77 : lire ici


Partager cet article

Repost 0

Tables rondes du Grenelle des risques industriels :

Publié le par Nature Environnement 77

33 propositions encourageantes actées et acquises qui vont faciliter les démarches des militants associatifs !

Communiqué de FNE :

"Ce vendredi 3 juillet s’est clôturée la première phase des tables rondes du Grenelle des risques industriels, en présence de Chantal Jouanno. Des semaines de travail de fond pour FNE et 33 propositions actées qui vont sensiblement améliorer le travail au quotidien de nos membres, partout en France.

France Nature Environnement se félicite de voir ces 33 propositions opérationnelles émerger de seulement 3 jours de réunions. FNE a fait dans des délais record de très nombreuses propositions qui ont servi de socle au débat. Des avancées concrètes ont été retenues par des personnes qui n’ont pas l’habitude d’échanger, voire sont franchement opposées.

Pour Alain Chabrolle, pilote de la délégation FNE : « C’est le quotidien des militants associatifs qui va être sensiblement amélioré : objectif confirmé de renforcement des inspecteurs de l’industrie, « grenellisation » des instances locales relatives aux risques, information environnementale mise en ligne, diffusion des bonnes pratiques de concertation, etc. toutes ces avancées seront rapidement visibles, ce qui était le but de notre démarche. Ce ne sont pas des objectifs flous et mous ! »

33 acquis donc à l’issue de cette première phase, et dans un contexte difficile où une orientation est prise pour arriver à créer un régime d’enregistrement. Réforme contre laquelle FNE s’est toujours fortement opposée car apportant une mauvaise solution à un vrai problème.

L’information environnementale enfin à l’ère du numérique
- L’utilisation d’Internet pour l’accès à l’information environnementale va permettre de sortir de la procédure longue, voire décourageante, qui consistait à se rendre en préfecture pour avoir accès aux documents ;
- Les enquêtes publiques seront annoncées sur Internet et par mail aux administrés, plus besoin d’aller chercher ces informations après le travail à la mairie ; le dossier de l’enquête publique pourra être demandé par mail sous format électronique, plus besoin de le consulter sur place ;

mais la culture du secret reste de mise
Néanmoins, FNE demandait d’aller plus loin en la matière, en permettant notamment la mise en ligne du dossier complet d’enquête publique, l’accès aux mises en demeure, la révision de la notion de « secret industriel ». Les industriels ont refusé au nom d’une menace d’espionnage économique, d’une menace terroriste, ou « d’émeutes » des riverains d’industrie qui en découleraient.
Il y a deux poids deux mesures entre la volonté de transparence affichée par les industriels sur les impacts santé/environnement, toutes activités confondues, et sa traduction concrète. La route est encore longue avant d’avoir une industrie complètement transparente en France, même si nous sommes en chemin.


Consensus sur le consensuel
Les partenaires ont donc eu l'intelligence de commencer par une recherche d'amélioration de la concertation, thématique plus consensuelle, ce qui a permis des avancés non négligeables mais qui doivent être confirmées dans la deuxième phase sur des sujets plus difficiles.

FNE a demandé la création obligatoire d’une instance de concertation, à la demande d’une partie prenante, sur tous les sites qui n’en bénéficient pas aujourd’hui. La création d’une instance de concertation est retenue mais à la discrétion du préfet, et limitée aux sites qui « présentent des nuisances potentiellement importantes ».

Des débats mieux préparés et plus équilibrés
Pour la concertation locale, les rapports seront envoyés a minima 15 jours aux militants avant les réunions des commissions locales (contre 3 à 4 aujourd’hui…) pour enfin pouvoir se préparer correctement aux discussions et être plus efficace.
Par ailleurs, les salariés prendront dorénavant part aux débats des CODERST , organe dans lequel le partage des voix sera désormais équilibré.

Les services de contrôle doublés
Le renforcement des effectifs de contrôle des établissements dangereux et polluants. Le nombre des inspecteurs des installations classées, qui surveillent les établissements polluants et / ou dangereux, devrait être doublé par rapport aux effectifs de 2001 et la catastrophe d’AZF.

Redonner du sens au contrôle périodique
Jusqu’ici, les écarts à la réglementation constatés par les contrôleurs privés lors de leurs contrôles périodiques n’étaient pas obligatoirement transmis à l’administration. Une situation totalement incompréhensible en laissant des non-conformités perdurées. FNE demandait donc une information systématique pour chaque non conformité constatée. Il a été retenu une information systématique pour les manquements les plus graves.

Le principe pollueur/payeur mis de côté ?
Raymond Léost, administrateur et responsable juridique de FNE, constate que, « malgré les conséquences humaines, matérielles et environnementales de la catastrophe d’AZF, les peines encourues pour non respect de la réglementation sur les risques technologiques restent ridicules au regard de celles encourues en matière de pollution maritime (jusqu’à 15 millions d’euros). Les propositions de FNE se limitant à un doublement des peines pour les établissements présentant des risques technologiques ont ici refusées. »

Salariés, environnement et santé : des intérêts communs et partagés
Pour Marc Sénant, chargé de mission au pôle IPS et membre de la délégation FNE: « L’un des points forts de cet exercice a été le partage des inquiétudes et des propositions entre FNE et les syndicats. Salariés et écologistes partagent les mêmes intérêts. Ce qui se traduit très concrètement par ces engagements. A titre d’exemple, les salariés rejoindront dès demain les écologistes dans les CODERST pour débattre des questions environnementales et sanitaires ».
Le gouvernement s’est engagé à inclure toutes ces propositions dans le projet de loi Grenelle 2 et France Nature Environnement y veillera. La fédération conserve également de grandes attentes sur la phase 2 du processus, considérant qu’il reste du chemin à faire. Cette phase 2 devra aborder les sujets plus difficiles (Santé environnement, sites et sols pollués, responsabilité sociétale des entreprises, etc.). FNE l'abordera avec un esprit ouvert, de très nombreuses propositions et espère qu'il en sera de même pour les autres parties prenantes. Des résultats de cette phase 2 dépendront le succès ou non de ces tables rondes sur les risques industriels."

Partager cet article

Repost 0