Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

35 articles avec urbanisme et amenagement du territoire

Pétition contre Sevesoland à Sénart

Publié le par France Nature Environnement Seine-et-Marne

A la suite de la réunion publique tenue lundi 13 à Savigny-le-Temple, l'ADIR Sénart et France Nature Environnement Seine-et-Marne lancent une pétition en ligne pour demander un Moratoire du développement de la logistique XXL à Sénart.

 

Nous vous encourageons à signer et à faire massivement signer autour de vous cette pétition afin de faire passer le plus fortement possible à nos décideurs, Préfet, Agglomération, Communes, Etablissement Public d'aménagement et Exploitants, le message que trop, c'est trop.

 

Nous ne voulons pas d'un Sevesoland à Sénart, nous disons stop au méga parc logistique XXL!

 

Faites circuler largement ce lien: http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/moratoire-logistique-xxl-senart/29019

 

La mobilisation produit déjà des effets (voir article de La République de Seine-et-Marne joint), renforçons maintenant notre action!

 

 

Merci pour votre soutien et votre participation.

Partager cet article

Repost 0

Article publié depuis Overblog

Publié le par Nature Environnement 77

La Mairie de Melun ouvre une concertation sur l’aménagement de son Centre-Ville le 18

octobre.

Cette concertation doit déboucher sur une déclaration d’utilité  publique comme pour le Tzen.

Venez assister à la réunion d’ouverture du mardi 18.

 

Partager cet article

Repost 0

"Quelle place et quels usages pour la voiture en Ile-de-France?"

Publié le par Nature Environnement 77

"Quelle place et quels usages pour la voiture en Ile-de-France?"

Entrée gratuite mais sur inscription. Le programme est disponible sur le lien :

Vous pouvez déjà vous inscrire en cliquant ici !

Partager cet article

Repost 0

Dialogue environnemental, suite

Publié le par Nature Environnement 77

Boycott de la réunion du conseil national de la transition écologique du 16 juin :

La réunion du Conseil National de la Transition Ecologique se tient, avec, à l'ordre du jour, l'examen du rapport Richard sur la démocratie environnementale concluant à la nécessaire exemplarité de l’Etat dans la qualité du dialogue environnemental. Or au même moment, l'Assemblée nationale examine le projet de loi Macron qui intègrerait certaines propositions de ce rapport. Face à ce contre-exemple parfait de démocratie participative, France Nature Environnement (FNE), La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), Surfrider Foundation et les Amis de la Terre ont décidé de boycotter la réunion du CNTE.

Alors que les timides propositions d'amélioration de démocratie participative en matière environnementale du rapport Richard sont examinées par le CNTE du 16 juin, le gouvernement, au travers du projet de loi Macron, détricote des règles qui protègent et encadrent la protection de l’environnement. Notons la réduction des délais de recours sur les ICPE annoncée dernièrement dans le cadre du choc dit de simplification, l'allègement des dispositifs de contrôle des rejets, l'impossibilité de procédure de destruction de constructions illégales, les larges portes ouvertes pour réformer par ordonnance le code de l'environnement prévues dans la loi Macron…

Voir le communiqué  complet de FNE

Article précédent : Rapport Richard sur le dialogue environnemental

Partager cet article

Repost 0

Rapport Richard sur le dialogue environnemental

Publié le par Nature Environnement 77

Le rapport « Démocratie environnementale : débattre et décider » a officiellement été remis à la ministre de l'écologie le 3 juin. Pour mémoire, c'est au lendemain de la mort de Rémi Fraisse à Sivens qu'a été commandé ce rapport sur la démocratie participative visant à améliorer la concertation en amont des projets d'aménagement.

Des mesures innovantes sont proposées pour moderniser les procédures de participation du public, cependant, France Nature Environnement regrette la timidité des propositions, considère que ce rapport reste trop flou sur les moyens de terrain,  et dénonce les reculs actuels du gouvernement en matière de démocratie : réduction des délais de recours annoncée  dans le cadre du choc de simplification, loi « renseignement » permettant la surveillance des militants, loi Macron et son lot de dérogations…

Pour Denez L’Hostis, président de FNE : « Ce rapport comporte certaines avancées mais reste trop flou sur les moyens de terrain. L’absence de reconnaissance du rôle des associations dans un contexte d'abandon financier et de réforme territoriale destructrice des mouvements locaux de citoyens risque de mettre à mal la démocratie environnementale, faute de participants».

Voir le communiqué de FNE "Démocratie participative : un rapport pour la forme".

 

Partager cet article

Repost 0

Marne-la-Vallée et l'urbanisation du territoire

Publié le par Nature Environnement 77

En 10 ans, comment les associations de défense de l'environnement ont-elles fait face à l'urbanisation du territoire ?

C'est le dossier du jeudi 21 mai sur Canal Coquelicot. Ont contribué à ce dossier les associations RENARD et NATURE ENVIRONNEMENT 77 en y parlant

  • de leur rôle pour la prise en compte de l'environnement dans les projets, notamment, pour les associations agréées, par la consultation des documents d'urbanisme en cours d'élaboration,
  • de l'étalement de la ville nouvelle au-delà de ses frontières initiales, avec les Villages "Nature".

Partager cet article

Repost 0

NE 77 SOLIDAIRE AVEC ALTERNATIBA GONESSE

Publié le par Nature Environnement 77

Le SDRIF 2030 (Schéma Directeur de la Région Île-de-France) fait peser sur la Seine-et-Marne des projets  concourant à l'étalement urbain, la consommation d'espaces agricoles et  l'hypertrophie de la région Île-de-France.

 

En particulier la Seine-et-Marne a également son "triangle" :

Entre Tournan-en-Brie et Fontenay-Trésigny, un projet de gare au Val Bréon, qui, bien que de prime abord de moindre importance que les projets de gare et d'EuropaCity du triangle de Gonesse, est tout aussi inquiétant et bien plus pernicieux. En effet, sous le prétexte apparemment vertueux de favoriser les transports collectifs, ce projet de gare conditionne l'extension d'une zone logistique dont la création avait été contestée en son temps et sert, à son tour, de support à un "secteur de développement à proximité des gares".

 

Dans le cadre des objectifs affichés par le SDRIF de

- Densification de la ville existante,

- Limitation de la consommation d'espace et de lutte contre l'étalement urbain,

- Préservation des paysages, surfaces cultivées et forêts,

 

on peut très bien admettre la présence d'un secteur de développement à proximité d'une gare existante. 

Mais que dire de la création d'une gare en plein champ ?

 

Nous avions signalé aux conseillers régionaux les conséquenses et les effets pervers de l'implantation d'une gare RER au Val Bréon. Ils n'ont cependant pas retiré ce projet du SDRIF.

 

Triangle de Gonesse (95) / Triangle du Val Bréon (77)

= même combat

 

Alors que personne ne parle officiellement de la création d'une zone d'urbanisation nouvelle à cet endroit, de façon sournoise et en catimini, se prépare ainsi le bétonnage au milieu des champs, la gare servant ensuite inéluctablement de support à un "secteur de développement" et à une future urbanisation.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

SDRIF : Contributions à l'enquête publique

Publié le par Nature Environnement 77

L'enquête publique sur la révision du SDRIF est close depuis hier mardi 14 mai 2013.

 

Nature Environnement 77 a émis un avis défavorable sur le projet SDRIF 2030 présenté.

 

Nos observations écrites vont être analysées par la commission d´enquête, dont le président rendra un rapport et des conclusions dans le courant de l'été 2013.  Selon les conclusions de l´enquête, le Conseil régional pourra éventuellement modifier le projet avant de l´adopter, en vue d´une approbation définitive par décret en Conseil d´Etat au cours de l’hiver 2013-2014.

 

Le SDRIF, une élaboration décentralisée et concertée

 

Les observations de NE 77 viennent s'ajouter d'une part aux

observations de notre fédération régionale Île-de-France Environnement et d'autre part à celles de nos

associations adhérentes locales qui ont participé à l'enquête publique :

 

  • Villevaudé Demain,
  • Appel +, Lésigny,
  • Association pour la Reconnaissance de Noisement, l'Aménagement de son Site et la Sauvegarde de son Environnement Naturel, ARNASSEN, Savigy-le-Temple, 
  • Association des Bois du Canton, ABC, Vert-Saint-Denis,
  • Développement Durable Notre Avenir, DDNA, Cesson,
  • AVEC L'UNION des associations de l'agglomération melunaise,
  • ADE de Sénart et environs
  • Melun Val de Seine Nature Environnement, MVSNE,
  • Association Intercommunale pour la Protection et la Promotion de la Nature et de l'Environnement, AIPPNE, Vaux le Pénil,
  • Samois sur Terre, Samois-sur-Seine.

Partager cet article

Repost 0

Transport-Mobilité : sortir du modèle tout routier

Publié le par Nature Environnement 77

Enquête publique SDRIF : NATURE ENVIRONNEMENT 77 soutien la contribution des associations de défense de l'environnement et des riverains des vallées du Grand Morin et de l'Aubetin et ses observations concernant le

 

PROJET DE CONTOURNEMENT DE COULOMMIERS

 

 

Voir cette contribution et les arguments contre ce projet.

 

Le principe de ce projet est cité dans le projet de SDRIF présenté à l'enquête publique. Non contente d'avoir obtenu cette citation, la commune de Coulommiers demande maintenant dans sa contribution à l'enquête publique que le projet de déviation sud soit inscrit sur la carte de destination du sol du projet de SDRIF et sur le tableau de la page 22 du fascicule "propositions de mise en oeuvre" du dossier du SDRIF (voir ici).

 

Il est donc important que les opposants à ce projet calamiteux compte tenu de ses impacts et de ses conséquences futures se manifestent et fassent part de leur opposition.

Site de l'enquête publique

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

SDRIF 2030 : Halte au gaspillage des terres agricoles d'Île-de-France

Publié le par Nature Environnement 77

 

COMMUNIQUE COMMUN D'ÎLE-DE-FRANCE ENVIRONNEMENT ET DE LA FEDERATION DEPARTEMENTALE DES SYNDICATS D'EXPLOITANTS AGRICOLES D'ÎLE-DE-FRANCE 

 

Ile-de-France Environnement (IDFE) et les agriculteurs franciliens de la Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles dénoncent la consommation excessive des meilleures terres agricoles de notre région. Les environnementalistes et les agriculteurs sont solidaires et déterminés à défendre le patrimoine nourricier de notre région. La ville ne peut plus continuer à « dévorer » indéfiniment et sans restriction ses terres « alimentaires ».

 

Depuis 20 ans, selon le Schéma de Développement Régional de l'Ile de France ou SDRIF 2013, notre région a perdu annuellement 1900 ha de terres agricoles soit l'équivalent du département des Hauts-de-Seine en 10 ans. Si ce rythme continue, un rapport publié en 2009 par Philippe Pointerau et Frédéric Coulon (Courrier de l'environnement de l'INRA n°57, pp109-120) indique qu'en 2050 la France devra importer massivement des denrées agricoles ayant perdu son indépendance alimentaire pour les produits courants. La réduction de la consommation des terres est un objectif affiché du SDRIF 2013 qui va dans le bon sens. Cet objectif n'est ni convainquant, ni crédible, puisque l'autorité environnementale évalue à 1 800 ha/an jusqu'en 2030 la « perte » des territoires ruraux et naturels inscrite au SDRIF 2013 alors que la loi Grenelle impose de diviser par 2 le rythme de consommation des espaces agricoles d'ici à 2020.

 

Des projets innombrables dans notre grande couronne francilienne vont consommer encore cette surface agricole utile pour : l'entraînement sportif du Paris St Germain (Ferme de Poult-en-Yvelines), l'aménagement économique des 400 ha de la base aérienne de Brétigny, l'extension de l'Ecosite de Vert-le-Grand en Essonne, la création des Villages Nature d'Euro-Disney (500 ha), des installations de stockage des déchets de Claye-Souilly et des plateformes logistiques du Val Bréon en Seine-et-Marne, le golf et les centres commerciaux sur les 700 ha du Triangle de Gonesse et les terres agricoles autour de l'aéroport de Roissy dans le Val d'Oise ...mais surtout par les zones d'urbanisation privilégiée autour des gares du « Grand Paris Express » sensées limiter le bourgeonnement des lotissements de maisons individuelles autour des villages, bourgs et hameaux responsable de plus de 50 % de cette gabegie territoriale depuis 1994.

 

Voir le communiqué complet

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>