Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

34 articles avec sante et environnement

Incinérateur de Vaux-le-Penil : enfin l'audience correctionnelle !

Publié le par France Nature Environnement Seine-et-Marne

Concernant l’affaire de la pollution par l’incinération perpétrée à Vaux le Pénil (77), vous trouverez, ci-joint, le communiqué de presse de l'Association des Victimes de l'Incinération et de leur Environnement qui annonce l’audience correctionnelle.

 

Pour la 1ère fois en France, une affaire de mise en danger de riverains exposés à des perturbateurs endocriniens, notamment des dioxines sera jugée.

 

 

Il est important de faire savoir cet événement ! D’abord car la nouvelle est d’importance pour tous les défenseurs de la santé face aux expositions environnementales et ensuite, pour les riverains concernés, car il est encore temps de rejoindre les plaignants.

Vous trouverez totues les coordonnées des parties concernées dans le communiqué de presse ci-joint pour de plus amples informations.

Partager cet article

Repost 0

Conférence sur le BRUIT par DDNA le 23 mars 2017 à 20h30 à Vert-Saint-Denis

Publié le par France Nature Environnement Seine-et-Marne

Conférence sur le BRUIT par DDNA le 23 mars 2017 à 20h30 à Vert-Saint-Denis

Partager cet article

Repost 0

Débat autour de Linky par l'association C.A.L.M.E le 25 mars 2017 à 20h à Mareuil-lès-Meaux

Publié le par France Nature Environnement Seine-et-Marne

Débat autour de Linky par l'association C.A.L.M.E le 25 mars 2017 à 20h à Mareuil-lès-Meaux

Partager cet article

Repost 1

Table ronde : Le nouveau compteur Linky, que faut-il en penser ?

Publié le par Nature Environnement 77

Table ronde : Le nouveau compteur Linky, que faut-il en penser ?

Partager cet article

Repost 0

Avis de Traitement à la Bromadiolone contre les Campagnols : Communes de Burcy et de Larchant

Publié le par Nature Environnement 77

Une campagne de traitement à la Bromadiolone est lancée du 26/10/2016 au 26/11/2016 sur les communes de Burcy (77) et de Larchant (77).

Vous trouverez tout complément d'information dans le communiqué ci-joint.

Partager cet article

Repost 0

La pollution de la Marne dans le rapport parlementaire sur les nuisances aéroportuaires

Publié le par Nature Environnement 77

Communiqué commun

Coordination Eau IDF et ADENCA 

Le rapport d’information de la mission parlementaire sur les nuisances aéroportuaires vient d’être présenté par MM Jacques Alain Bénisti et Christophe Bouillon. Les deux députés avaient auditionné le 9 juin 2015, Jean-Claude Oliva, Joël Josso et René Durand pour la Coordination Eau Île-de-France et Mireille Lopez pour l’ADENCA.

Le rapport présente largement le point de vue des associations (pp 43 à 46) sur la pollution des eaux par les produits de dégivrage des avions, en particulier l’éthylène glycol, en provenance de l’aéroport Charles de Gaulle et les inquiétudes pour l’eau potable produite par l’usine d’Annet-sur-Marne ainsi que sur les risques d’inondations.

Les effets de la pollution par le glycol sont traités (pp 58 et 59). Les associations soulignent l’absence de normes pour cette substance émergente. L’avis de l’institut de veille sanitaire, saisi par l’agence régionale de la santé (ARS), est rappelé. Les députés soulignent que « la proximité de cet aéroport avec l’usine, et les volumes de glycols utilisés chaque saison hivernale, appellent une vigilance particulière ». La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) rappelle l’obligation des exploitants de récupérer toute substance dangereuse utilisée en application de la loi sur l’eau.

Le rapport montre enfin (pp 176 à 178) les solutions mises en œuvre à Orly et à l’étranger ainsi que des premières avancées pour l’aéroport Charles de Gaulle.

En effet, le comité de suivi loi sur l’eau du 29 octobre 2015, auquel ont participé les associations, indique un contrôle in situ des produits utilisés pour le dégivrage, en janvier 2015. Il annonce la réalisation d’une première phase de travaux pour un montant de plus de 37 millions d’euros, créant un système d’évacuation des eaux les plus polluées vers le réseau d’assainissement ; la fin des travaux est prévue pour 2017.

Une deuxième phase, optionnelle, pour un montant de 23 millions d’euros, consiste à créer une canalisation de rejet pour les eaux les moins polluées, directement dans la Marne, en aval de l’usine d’Annet-sur-Marne.

Ces premiers résultats sont à mettre au compte de l’action des associations mobilisées depuis plusieurs années maintenant.

Point noir, l’arrêté préfectoral autorisant la situation actuelle, à savoir le rejet des eaux les plus polluées vers la Marne via la Beuvronne, a été prolongé une nouvelle fois jusqu’en juin 2018. C’est dire que la vigilance des habitants et des associations est nécessaire pour que les premières mesures aboutissent. Il en va de la santé de la population et de la reconquête d’un environnement sain !

Télécharger le rapport

Télécharger le compte-rendu du comité de suivi loi sur l’eau

http://adenca.over-blog.com/2016/04/la-pollution-de-la-marne-dans-le-rapport-parlementaire-sur-les-nuisances-aeroportuaires.html

http://eau-iledefrance.fr/la-pollution-de-la-marne-dans-le-rapport-parlementaire-sur-les-nuisances-aeroportuaires/

Partager cet article

Repost 0

Transport aérien : le DOSSIER NOIR

Publié le par Nature Environnement 77

TRANSPORT AERIEN = UN DANGER POUR LA SANTE ET LE CLIMAT

Voir le dossier noir réalisé par la Convergence Associative à l'occasion de la COP 21 :

Le transport aérien progresse fortement depuis une trentaine d’années. Actuellement, la progression mondiale est de 5 % par an. Les deux grands constructeurs mondiaux AIRBUS et BOEING prévoient de vendre plus de 30 000 appareils dans les 20 ans à venir. Le trafic passager devrait doubler à l’horizon 2030.

Un rapport de 2013 de l’office parlementaire des choix technologiques et scientifiques, constate qu’en 40 ans le nombre de voyageurs a été multiplié par 10 et le fret par 14. L’augmentation du trafic est corrélée au commerce international et sa progression est 3 fois celle du PNB mondial, poussée par l’urbanisation galopante.

Qu’est-ce qui fait voler l’humanité ? Autrefois on parlait de courir mais il faut être dans l’air du temps.

L’être humain a toujours voulu se déplacer à la fois par besoin de trouver de nouvelles ressources (alimentaires au départ), pour son développement économique, maintenant pour ses loisirs. Tous les moyens de transports ont été utilisés, toujours plus rapides, de la marche à pied à la pirogue, trains et bateaux au XIXème siècle et maintenant l’avion.

On ne s’est pas trop préoccupé de cette évolution tant que ces déplacements ne menaçaient pas les ressources planétaires ou la santé de la biosphère. Mais aujourd’hui, on sait que l’homme dévore sa planète à pleines dents. Un indicateur pertinent permet d’évaluer cette emprise de l’homme sur sa planète, c’est l’empreinte écologique des populations, c'est-à-dire la surface nécessaire pour ses ressources naturelles et pour épurer ses déchets. Elle se mesure en hectare globaux (hag). Pour un français, elle est actuellement de 5 hag, soit la consommation de 2,5 planètes, le double pour un américain du nord et six fois moins pour un indien. L’humanité consommerait actuellement 2,6 hag soit 1,4 planète.

On peut critiquer toute sorte d’indicateur, mais la « surchauffe » du monde à la fois économique mais aussi physique, avec la modification très nette du climat, doit nous interroger. L’objectif du facteur 4 validé par la France : division par 4 des gaz à effet de serre d’ici 2050 par rapport aux émissions de 1990, ne sera pas atteint si on garde la trajectoire actuelle. Les transports, et notamment le transport aérien, sont responsables de cette dérive.

C’est pourquoi, dans ce dossier spécial, la Convergence Associative dénonce l’absence de contraintes fiscales, sociales et environnementales, dont bénéficie le transport aérien. Elle fait le point sur ses impacts climatique, sanitaire et économique.

Lire la suite du dossier :

Voir aussi le dossier AIR, CLIMAT, SANTE de France Nature Environnement Île-de-France, également édité à l'occasion de la COP 21.

Voir aussi "Transports aériens et maritimes : les grands oubliés des négociations  de la COP 21"

Partager cet article

Repost 0

AIR, CLIMAT, SANTE

Publié le par Nature Environnement 77

France Nature Environnement Île-de-France édite, à l’occasion de la COP 21, un dossier spécial sur la pollution de l’air dans la région, sur les gaz à effet de serre (GES) et leur impact sur le climat et la santé des Franciliens. Ce document a été rédigé en étroite collaboration entre professionnels et associatifs. Des élus de collectivités territoriales, des scientifiques y témoignent de leurs expériences.

La première partie met en évidence l’urgence d’accélérer les mesures de prévention et de correction car la pollution de l’air, après avoir un peu diminuée dans les années 2010, reste stable. Elle s’appuie sur les fondamentaux d’un point de vue scientifique et précise l'impact de la pollution locale et des GES sur le climat. Elle est basée sur le rapport du GIEC 2013 et ses avancées 2015 ainsi que sur les travaux de la Météorologie nationale en association avec l’Agence parisienne du Climat. Le point de non-retour pour ne pas dépasser une élévation de 2°C de la température moyenne en 2100 est presqu’atteint. Si la consommation d’énergies fossiles ne chute pas fortement dans les 10 ans, la machine thermique terrestre entrera dans un cycle incontrôlable pour des siècles, ce qui pourrait mettre en danger toute vie sur terre puisque l’on s’orienterait vers les 4 à 6 °C au-dessus de la température moyenne actuelle.

La seconde partie démontre l’impact de la pollution de l’air sur la santé des Franciliens et surtout des Franciliennes. En effet, ce sont ces dernières qui souffrent le plus de maladies respiratoires : bronchite pulmonaire obstructive et asthme. Quatre départements sont particulièrement touchés : Paris, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis et Val-d’Oise. Bien qu’une corrélation entre une concentration d’un gaz et une maladie ne soit pas une preuve causale formelle, l’analyse de situations semblables dans le monde entier permet de lever toute ambiguïté.

La troisième partie propose des solutions au niveau des collectivités territoriales, des entreprises, mais aussi des associations et des citoyens pour diminuer rapidement la production de GES. Les solutions vont de la sobriété énergétique au changement de comportement dans les déplacements ou le gaspillage alimentaire.

La récente chute des cours des énergies fossiles et la résistance des grands groupes industriels et financiers n’incitent guère à l’optimisme mais la pression accrue des citoyens pour prendre en main leur avenir va dans le bon sens.

LIAISON
                                                          AIR COUV HD 2

Partager cet article

Repost 0

Fort de Vaujours : le documentaire à ne pas rater !

Publié le par Nature Environnement 77

 

Kamikazes de Vaujours, les apprentis sorciers du nucléaire

Réalisé et écrit par Marc Planeilles (52 mn)
Première diffusion du film le samedi 14 novembre 2015 à 15h20 sur France 3 Paris Île-de-France !

Rediffusion : Mardi 24 novembre à 8h50 sur France 3 Paris Île-de-France.

Ouvert en 1955 à l'initiative du général de Gaulle, le Centre d'Etudes Atomiques de Vaujours a contribué activement à la création de la bombe atomique française. En 1997, Jacques Chirac ferme ce site situé à seulement 15 kilomètres de Paris.

Aujourd'hui à l'abandon, le lieu se trouve confronté à de nombreuses pollutions chimiques et radioactives. Malgré ces inquiétudes environnementales, la société Placoplatre envisage d'ouvrir une carrière à ciel ouvert pour exploiter le gypse, risquant de remettre en suspension des particules nocives.

Comment, à l'époque, l'Etat et les responsables scientifiques du site, appelés « Kamikazes de Vaujours », ont-ils pu envisager d'expérimenter les effets de la bombe atomique aussi près de Paris ?
Et comment, encore aujourd'hui, peut-on envisager l'exploitation de ce site à haut risque sanitaire ?

Pour visionner la bande annonce du film cliquez ici.

Voir aussi pollution des sols - le scandale caché

Partager cet article

Repost 0

Non à l'augmentation des nuisances aériennes !

Publié le par Nature Environnement 77

RASSEMBLEMENT FRANCILIEN ELUS-RIVERAINS

POUR L’ARRET DE L’AUGMENTATION DU NOMBRE DE VOLS
ET LA RÉDUCTION SUBSTANTIELLE DES NUISANCES AERIENNES
EN ILE-DE-FRANCE

MARDI 10 NOVEMBRE 2015, A 18 HEURES
MINISTERE DE L’ECOLOGIE
246, BOULEVARD SAINT-GERMAIN – 75007 PARIS

 VENEZ NOMBREUX POUR DIRE NON A UNE CROISSANCE
SANS CONTRAINTES DU TRAFIC AERIEN EN ILE-DE-FRANCE

Non à l'augmentation des nuisances aériennes !

Plus que jamais, la menace d'augmentation du trafic aérien en Île-de-France est présente, conséquence prévisible du doublement annoncé du trafic mondial pour 2030, et corroborée par les prévisions d'investissements d'ADP, ainsi que par les carnets de commande des constructeurs d'avions.

Face à cette situation, la politique aéroportuaire du pays se résume en une gestion à saturation des aéroports existants, alors que les couloirs aériens survolent des zones très densément peuplées. Aucune mesure tangible n'a été prise ces dernières années par les pouvoirs publics, alors qu'il existe des solutions réalistes et applicables pour réduire les nuisances aériennes et protéger les habitants survolés de la région la plus peuplée de France.

RAPPEL : Plateforme des revendications dont est signataire Nature Environnement 77

Communiqué de presse de la Convergence associative du 04/11/2015

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>