SEVESOLAND * A SENART, RISQUES DES PLATEFORMES DE LOGISTIQUE : EXIGEONS UN MORATOIRE !

Publié le par France Nature Environnement Seine-et-Marne

SEVESOLAND * A SENART, RISQUES DES PLATEFORMES DE LOGISTIQUE : EXIGEONS UN MORATOIRE !

 

L’ADIR Sénart et France Nature Environnement Seine-et-Marne, lors de la réunion publique organisée à Savigny-le-Temple le 13 mars 2017, ont dénoncé les risques des plateformes de logistique en Seine-et-Marne, illustrés par l’exemple de Sénart.

 

Refusant la prolifération des sites industriels à risque, l’accroissement du trafic de poids lourds induit, la consommation des terres agricoles, les risques sur la qualité de l’air, … elles demandent un moratoire du développement de la logistique à Sénart !

 

Signez la pétition !

 

Un appel à signer une pétition (en ligne sur le blog de France Nature Environnement Seine et Marne) pour obtenir ce moratoire a été proposé.

 

Des questions à M. Bisson, Président Délégué du Grand Paris Sud, ses réponses

 

A l’occasion de cette manifestation, via le Parisien, des questions ont été posées puis soumises à Michel Bisson maire de Lieusaint, Président Délégué du Grand Paris Sud chargé du développement économique et du projet de territoire, ancien Président de l’agglomération de Sénart et de l’Etablissement public d’aménagement (EPA) Sénart.

 

 

En suivant ce lien vous trouverez la vidéo de cette démarche.

 

http://www.leparisien.fr/lieusaint-77127/video-logistique-a-senart-michel-bisson-repond-aux-lecteurs-22-03-2017-6785988.php#xtor=AD-1481423554

 

*Sites classés Seveso

Les établissements industriels sont classés « Seveso » selon leur aléa technologique en fonction des quantités et des types de produits dangereux qu'ils accueillent. Il existe ainsi deux seuils différents classant les établissements en « Seveso seuil bas » ou en « Seveso seuil haut »

La directive Seveso tire son nom de la catastrophe de Seveso qui eut lieu en Italie en 1976 et qui a incité les États européens à se doter d'une politique commune en matière de prévention des risques industriels majeurs.

Commenter cet article