Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

125 articles avec protection de la nature - des paysages et des sites

Nouveau gazoduc en Seine et Marne

Publié le par Nature Environnement 77

Vous êtes invités à apporter votre contribution à l'étude d'impact, c'est à dire signaler les espaces naturels fragiles que vous connaissez et qui se trouvent sur son trajet.
Pour voir la carte de situation, cliquez ici
Si vous connaissez bien l'un des secteurs traversés, merci de contacter Nature Environnement 77 :
ne77@orange.fr

Partager cet article

Repost0

LE PROJET DE LOI « GRENELLE 1 » : VOTONS ET VITE !

Publié le par Nature Environnement 77

communiqué de france Nature Environnement :


Les députés membres de la commission des affaires économiques, de l'environnement et du territoire de l’Assemblée nationale vont examiner en 2ème lecture, les 19 et 20 mai prochains, le projet de loi « Grenelle 1 ». France Nature Environnement, la Ligue ROC, la Ligue pour la Protection des Oiseaux et la Fondation Nicolas Hulot soulignent l’urgence de voter ce texte tout en proposant d’affermir certains points.

 

Nos organisations sont très inquiètes de la durée de l’examen du projet de loi de programmation relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement (« Grenelle 1 »). Alors que le grand public pense que « la loi Grenelle » est déjà adoptée, nous ne sommes pas assurés de son adoption avant la fin de la session parlementaire en juillet. L’urgence écologique, aggravée par la crise économique, exige que le texte soit voté afin que les mesures qui en découlent puissent être prises, et que le projet de loi Grenelle 2 puisse être discuté et adopté à son tour le plus rapidement possible.

 

ENERGIE-BATIMENTS : PAS DE RENOVATIONS A MINIMA

 

Dans le domaine des bâtiments, même si les associations estiment que les objectifs de rénovation des bâtiments anciens sont ambitieux, un objectif de consommation énergétique moyenne du bâti rénové doit être précisé. Il faut éviter que des rénovations « de surface » soient effectuées et requièrent de nouveaux travaux à moyen terme, que ce soit pour le parc ancien privé ou le parc des logements sociaux.

 

TRANSPORTS : PRESERVONS L’ESPOIR DES TRANSPORTS DURABLES

 

Pour définir la nouvelle politique des transports, avec « un changement drastique », les associations demandent aux élus de maintenir les engagements de l’Etat pour une application universelle de l’éco-taxe poids lourds. Si certaines régions sont exemptées, ce sont les autres régions qui devront apporter une contribution supplémentaire.

 


CANAL RHIN-RHONE, LE RETOUR !

 

Habillement camouflé dans une étude sur les liaisons fluviales entre le bassin Rhône- Saône et le bassin Rhin- Moselle, le canal Rhin-Rhône fait son retour. Projet abandonné pour des raisons d’impact environnemental, le canal Rhin-Rhône n’est pas une solution soutenable pour les territoires concernés :
c’est la raison pour laquelle les associations proposent de l’oublier une fois pour toutes !

 

AGRICULTURE : L’OBJECTIF DE REDUCTION DES PESTICIDES EN PERIL

 

Le texte soumis à l’Assemblée nationale indique que l’objectif de la diminution de 50% de l’usage des pesticides « ne doit pas mettre en danger des productions, notamment les cultures dites mineures ». Par « cultures mineures », les sénateurs entendaient notamment l’arboriculture fruitière, grande consommatrice de pesticides. Or, l’objectif de réduire de moitié l’usage des pesticides en 10 ans relève de l’intérêt général. Il nous concerne tous : agriculteurs toutes productions confondues, collectivités, jardiniers, agents des collectivités et citoyens. Il est donc essentiel de ne pas exclure dans le projet de loi certaines activités de cet effort collectif .

 

BIODIVERSITE : UNE TRAME VERTE ET BLEUE AUX CONTOURS ET A L’AVENIR ENCORE INCERTAINS !

 


Si la loi affirme bien la nécessité de créer la trame verte et bleue d’ici 2012, elle reste imprécise sur plusieurs points essentiels pour l’avenir. La loi doit rappeler le besoin d’inventaire complet, elle ne peut pas restreindre les zones noyaux aux seuls espaces protégés dans le droit de l’environnement (alors que beaucoup d’espaces non-protégés contribuent déjà à ce maillage) et la compensation ne peut être envisagée qu’en dernier recours.

 

 


L’EDUCATION A L’ENVIRONNEMENT, PARENT PAUVRE DU PROJET DE LOI

 


Le projet de loi est très en retrait sur la question de l’éducation alors que les problèmes d’aujourd’hui seront réglés demain par une meilleure connaissance des problèmes et solutions. Nos organisations proposent que les sciences de la nature soient enseignées dès le plus jeune âge, que l’ingénierie écologique soit développée dans les formations comme en formation continue et que les techniques agro-écologiques se systématisent dans les formations agricoles.

France Nature Environnement, la Ligue ROC, la Ligue pour la Protection des Oiseaux et la Fondation Nicolas Hulot, ont salué le vote en première lecture et pris acte des avancées introduites dans le texte. Elles demandent aujourd’hui aux parlementaires de poursuivre dans cette dynamique positive en amendant les dispositions remettant en cause des engagements clés du Grenelle et en répondant efficacement à l’urgence écologique et législative.

Partager cet article

Repost0

suppression des enquêtes publiques

Publié le par Nature Environnement 77

Communiqué de presse de France Nature Environnement - Mardi 5 mai 

Plan de relance et suppression des enquêtes publiques
Non à « karchérisation » du code de l’environnement !


Patrick Devedjian, à l’occasion d’un point d’étape sur la mise en œuvre du plan de relance a annoncé la suppression de procédures d’enquêtes publiques. Cette annonce intervient à la suite d’une réforme votée au mois de janvier qui assouplit déjà les conditions d’autorisation des activités industrielles au détriment de la protection de l’environnement. Réaction.

Une réforme irrationnelle

Patrick Devedjian a annoncé avoir soumis à la consultation interministérielle un texte visant à relever le seuil de déclenchement des enquêtes publiques. En clair : le but est de permettre l’autorisation d’un maximum de projets à risques sans concertation et information du public (riverains, associations, élus, etc…)

Pour Sébastien Genest, Président de FNE : « la création des enquêtes publiques environnementales par la loi Bouchardeau du 12 juillet 1983 est un progrès démocratique pour lequel les associations se sont battues. Sa remise en cause est un scandale ! »

Sébastien Genest poursuit : « Cette annonce, réalisée sans aucune consultation préalable, n’a aucun intérêt ni économique ni écologique. Pire, elle sous-entend que l’écologie ne rime pas avec économie, cette vieille erreur que les acteurs du grenelle avaient pourtant enterré. Décidément, certains font tout pour que ce plan de relance ne soit pas vert mais bien gris foncé ».

Oui à la simplification, non à la régression

Pour Arnaud Gossement, porte parole de FNE : « Cette annonce n’a pas de sens. L’urgence est d’améliorer pas de supprimer les enquêtes publiques. L’urgence pour la France est de se conformer à ses engagements européens et internationaux. L’urgence est de faire en sorte que les citoyens aient envie de participer aux enquêtes publiques ! L’urgence n’est pas de karchériser le code de l’environnement ! ».

Pour FNE, il faut réfléchir à la raison pour laquelle le public pourrait bouder certaines enquêtes publiques. A l’évidence, le public a parfois l’impression que les jeux sont faits et les projets ficelés avant même la consultation. De plus, pendant l’enquête publique, les conditions de participation et d’accès à l’information pourraient être grandement améliorés...

FNE note que la suppression plutôt que l’amélioration des procédures de concertation peut conduire la France à être en infraction avec ses engagements européens. FNE réclame depuis longtemps le respect des dispositions de la convention signée à Aarhus en 1998 aux termes desquelles le public doit êter consulté

Et le 3e régime...
Cette annonce d’une suppression d’enquêtes publiques vient s’ajouter à la réforme dite du « 3e régime » que FNE combat avec acharnement dans son principe même. La loi portant plan de relance votée le 17 janvier dernier prévoit en effet un assouplissement des conditions d’autorisation de la plupart des installations classées soumises à autorisation au détriment de l’évaluation environnementale, de la concertation etc…

Au final, ces mesures ne serviront pas les industriels vertueux, qui ont compris que l’écologie est un atout pour demain. Elles ne répondent probablement qu’aux souhaits de quelques industriels habitués des contentieux environnementaux.


FNE demande le retrait pur et simple de ces réformes et le fera savoir dès l’ouverture de la table ronde sur les risques industriels en cours d’organisation.

Partager cet article

Repost0

Loisirs motorisés : NE77 s'oppose à l'établissement d'un PDIRM

Publié le par Nature Environnement 77

Nature Environnement 77 (anciennement ASMSN),  fédération départementale d'associations de protection de la nature, de l'environnement et du cadre de vie, n’est pas d'accord pour l’établissement d’un PDIRM ( Plan Départemental d’Itinéraires de Randonnées Motorisées) en Seine et Marne.

Nous pensons en effet que l’établissement d’un tel plan risque de devenir un outil de promotion des loisirs motorisés et nous osons affirmer que le fait d’encourager ces pratiques de loisirs va à l’encontre des objectifs du Grenelle. Le développement de ces pratiques dans les espaces naturels, même si ce sont sur des chemins ouverts à la circulation, est générateur de nuisances sans aucune comparaison avec celles générées par les pratiquants des « sports nature » non motorisés. Par ailleurs, leur contribution à l’effet de serre et à la pollution de l’air est sans commune mesure avec celles des sports nature (non motorisés)


C’est pourquoi , nous  demandons de compléter l’étude départementale en cours pour chaque type d’activité par :

 

 la comparaison des nuisances générées (dégradation du milieu naturel, de l'état des chemins, des nuisances sonores, de la pollution de l'air, de l'eau, des sols…)

 

exemples: comparer les grandeurs "bruit émis par un randonneur équestre" et "bruit émis par un jet-ski";   "état du chemin par temps humide après passage d'une moto" et "état du chemin par temps humide après passage d'un randonneur", "pollution de l'air après passage de 10 motos"  et     "pollution de l'air après passage de 10 VTTistes"    etc,...

 la consommation d’énergies non renouvelables (en incluant les déplacements vers les sites de pratique) et l’impact sur l’effet de serre de façon à valoriser les pratiques à moindre impact et les lieux accessibles par transports en commun

 

 3.       Le financement :

il est écrit que c'est au département et donc aux citoyens d'assurer l'entretien de ces sites et itinéraires.
Nous pensons qu'il serait souhaitable de prolonger la discussion sur ce sujet : 5 "motos vertes" peuvent faire davantage de dégâts que 100 randonneurs à pied !

Où est l’équité là dedans ?
Nous trouverions normal que ceux qui dégradent de façon importante participent financièrement ou physiquement à la remise en état.

 

 Les conflits d’usage ou avec les riverains :

Concernant les sports motorisés nautiques ou terrestres, nous allons droit vers des conflits importants si la circulation de certains de ces engins  est accompagnée des fortes nuisances sonores malheureusement habituelles à ce type d’engins.

 

Parmi les remèdes proposés par l’étude de la CDESI, les « chartes de bonnes pratiques » n’engagent que les signataires et non la totalité des pratiquants !

Le département a-t-il prévu de se donner les moyens de verbaliser les contrevenants ? (La photo ci-dessus a été prise dans la réserve naturelle de Montereau par les participants à la sortie Nature du 5 avril 2009)

 

En conclusion, compte tenu des inconvénients majeurs évoqués ci-dessus, de l’insuffisance de l’étude concernant les nuisances et atteintes à l’environnement induites par les loisirs motorisés, et de l’incompatibilité du développement des loisirs motorisés avec les objectifs du Grenelle de l’environnement, Nature Environnement 77 s'oppose à l’élaboration d’un PDIRM (Plan départemental d'itinéraires de Randonnées Motorisées) en Seine et Marne.

Partager cet article

Repost0

Sauvetages de bébés écureuils

Publié le par Nature Environnement 77


Nos écureuils roux sont en voie de disparition !
aussi, si vous trouvez un bébé écureuil orphelin, vous pouvez contacter par notre intermédiaire Béatrice qui l'élèvera jusqu'à ce qu'il soit capable de vivre seul : il sera alors relaché dans la nature

Partager cet article

Repost0

Les abeilles et autres pollinisateurs en danger de mort : NON AU CRUISER

Publié le par Nature Environnement 77

Non au Cruiser, réduisons de 50% l’usage des pesticides ! 

 

Utilisé en France depuis janvier 2008 en enrobage de semences de maïs, le Cruiser (produit proche du Gaucho et du Régent), est un insecticide classé dangereux pour l’environnement, dangereux pour les abeilles, les oiseaux et les mammifères sauvages, et très toxique pour les organismes aquatiques.


Nous vous incitons vivement à signer en ligne la pétition proposée par FNE  pour l’interdiction du Cruiser

et l’application immédiate du plan Ecophyto 2018


pour cela, copier le lien ci-dessous dans votre moteur de recherche :
http://fne.asso.fr/fr/actualites/petitions.html

Partager cet article

Repost0

Pétition contre le Cruiser

Publié le par Nature Environnement 77

 

 

La fédération France Nature Environnement s'est élevée contre l'autorisation de l'insecticide Cruiser, dont la substance active est officiellement reconnue comme très dangereuse pour les abeilles, et, plus généralement, pour l'ensemble des pollinisateurs. Elle va engager un recours devant le Conseil d'Etat pour demander l'annulation de cette autorisation.

 

La pétition, lancée dès le mois de décembre, est plus que jamais d'actualité

 

Lien vers la pétition (version électronique et version papier) : http://fne.asso.fr/fr/actualites/petitions.html

Partager cet article

Repost0

Projet de loi Grenelle : « 526 pour 4 contre » !

Publié le par Nature Environnement 77

L'Assemblée nationale vient de voter à la quasi unanimité le projet de loi Grenelle I. Satisfaction de FNE qui avait appelé à un vote le plus large possible.

Un scrutin clair pour un message clair. Sébastien Genest, Président de FNE déclare : « Le scrutin est clair et le message aussi ! Nous saluons les travaux et le vote des députés qui ont fait preuve d'un esprit de responsabilité et d'exigence écologique. Alors que la mort du Grenelle est annoncée chaque jour depuis un an, c'est un vote d'espoir pour la suite de ce nouvel exercice démocratique que France Nature Environnement a constamment animé avec vigilance. Cet espoir ne doit pas être déçu. La mobilisation de tous est nécessaire pour que le train Grenelle continue d'avancer et pas seulement au Parlement. Nous avons toujours dit que le Grenelle doit se faire tout autant dans les têtes que dans les textes ».

La feuille de route est validée, passons aux travaux pratiques. Sébastien Genest poursuit : « La route est encore longue mais le vote de l'Assemblée nationale, qui doit être confirmé au Sénat, est un sacré coup d'accélérateur. Il faut désormais mettre le cap sur la loi de finances et le projet de loi Grenelle II pour répondre à l'impatience des français : que le Grenelle change concrètement leur vie et notre environnement ».

La reconnaissance des associations. Pour Sébastien Genest : « Il faut saluer le travail de tous les militants qui se sont investis sur le Grenelle depuis un an. Les associations sortent grandies et reconnues de ce nouvel exercice démocratique. Les députés leur ont reconnu un véritable statut de partenaires environnementaux. Nous continuerons d'assumer notre responsabilité qui est celle d'animer un nouveau dialogue environnemental, sans sinistrose et sans naïveté ».(Communiqué FNE)

Partager cet article

Repost0

Environnement : la Seine et Marne classée 92ème sur 96 !

Publié le par Nature Environnement 77

Dans son n° 3293,  l'hebdomadaire "La Vie" (semaine du 9 au 15 octobre) consacre plus de 20 pages pour analyser les efforts des différents départements de métropole en matière d'environnement.
Les 6 critères pris en compte sont les suivants :
   - la part de la surface agricole en bio
   - la part des déchets ménagers valorisés
   - la part de la surface du département en zone protégée Natura 2000
   - la part des communes classées en zone vulnérable aux nitrates
   - la part des citoyens citant l'environnement comme première préoccupation
   - la part du budget des communes et groupements de communes consacré à l'environnement
Notre département est classé parmi les bons derniers : 92ème sur 96 !!
Nous vous conseillons vivement la lecture de ce dossier

Partager cet article

Repost0

Projet de circuit de F1: non grenello-compatible

Publié le par Nature Environnement 77

 

 

Alors que le monde connaît une crise financière sans précédent, traduction de l’égoïsme et de l’individualisme des sociétés productivistes gaspilleuses de ressources et d’énergie et de leurs chantres, tandis que le parlement français examine le projet de loi d’orientation du Grenelle, on imagine encore faire tourner des bolides dans une zone urbaine dense et polluée : l'Ile-de-France.

Actuellement les négociations vont bon train entre Disney, le groupe industriel Lagardère, aidé par l’ancien champion Alain Prost, et les élus locaux pour implanter un circuit de F1 au Val d’Europe, quartier récent de Marne la Vallée, zone urbaine dense, proche du Parc de loisirs. Ce circuit intégrerait les voies existantes et des tracés nouveaux qui « amélioreraient le quotidien des habitants » ! Rien de moins !

Au regard du bouleversement climatique, de la crise énergétique, il est impossible que certains hommes d’affaire et élus nous fassent croire que la sauvegarde du Grand Prix de France soit d’intérêt national. Des esprits avertis dénoncent plutôt les intérêts particuliers et commerciaux de firmes internationales qui n’hésitent pas à employer n’importe quels arguments, y compris « écologiques » pour augmenter encore leurs profits et leur renommée.

Pour Christine Gilloire, administratrice de FNE : « En 2008, les objectifs sont d’orienter les choix économiques, la recherche et le développement vers des modes de production et de consommation économes des ressources et peu polluants. »

Voilà le véritable intérêt général ! La souris Mickey danse mais le hérisson FNE est là !

France Nature Environnement s’insurge contre le projet de circuit de F1 à Disneyland/Val d’Europe. Elle estime qu’un tel projet est néfaste, inutile et gaspilleur de ressources précieuses, où qu’il s’implante. 

Partager cet article

Repost0

<< < 10 11 12 13 > >>