Faux Villages Nature, Faux débats publics

Des « débats publics » ont déjà eu lieu à Villeneuve, à Crécy, à Rozay (4 mai) etc.

Ce sont de faux débats, de simples mises en scène d’apparence démocratique.

 

1/  De l’aveu même des dirigeants du projet, les jeux sont déjà faits : il y a six pages sur Villages Nature dans le Schéma directeur de l’Ile de France, adopté il y a trois ans, et la chose est déjà intégrée dans le projet du Grand Paris. « Ce n’est pas un projet sorti du chapeau » avoue un responsable de Disney. On le croit. Mais alors pourquoi ce débat ?

 

2/ Le débat ne porte que sur une partie du projet. Il y a un an encore on parlait d’un ensemble de 500 ha et de plus de 5000 hébergements ; il n’est plus question que de 259 ha. et de 2300 hébergements. On ne débat donc que d’une 1ère phase. Le grand projet – l’extension vers l’est –est provisoirement balayé sous le tapis. Or toute la planification et les grands investissements se font en fonction de la prochaine étape. Donc le débat est astucieusement tronqué.

 

3/ Tout ce débat – on l’a vu à Rozay – est faussé par une double inégalité.

 

Inégalité entre les représentants des grandes sociétés financières qui connaissent tout du projet, sont préparés au débat et bardés d’arguments, et un public mal préparé, et qui ne connaît à peu près rien du projet. D’ailleurs le public parle peu et les deux tiers du temps sont occupés par les exposés des dirigeants.

 

Inégalité aussi entre ces dirigeants du projet et nos élus qui sont obligés de se présenter en demandeurs (suppliants ?) alors que la chose va s’installer sur le territoire dont ils sont les seuls représentants légitimes. Ces élus ont élaboré un livre blanc pour tenter de tirer, pour les citoyens locaux, quelques profits de ce projet financier et commercial. Mais les réponses des grands investisseurs sont fuyantes.

Les élus demandent quelques aides et compensations pour les frais que nos communes vont engager pour recevoir un surplus de population, - les salariés du consortium Villages Nature qui vont s’établir chez nous. Il faudra leur fournir des logements, probablement subventionnés, car on part du point de vue que ces gens seront mal payés. Il faudra aussi investir dans les écoles, les crèches, les transports, la santé etc. Mais les barons de Disney et de Villages Nature ne l’entendent pas de cette oreille. Cela ne les concerne pas.

A Rozay un élu a même mis les pieds dans le plat en suggérant qu’au lieu d’obliger les communes à fournir des « logements aidés », il vaudrait mieux que les promoteurs du grand projet « versent des salaires décents pour que les gens puissent vivre dignement ».C’était le meilleure idée de la soirée. Mais il était déjà tard, les messieurs de Disney n’ont pas eu le temps de répondre.

 

4/ Quelques bonnes intentions sont néanmoins exprimées, mais toujours sans engagements fermes. Exemple : Villages Nature veut s’efforcer de favoriser le tourisme dans notre région. On prévoit un séjour moyen de 4 jours pour les clients des « Villages », dont 1 jour pour des visites extérieures. Mais où iront-ils ? Pas à Provins ou à Blandy. Plus probablement dans le parc de Disneyland. En fait, toute l’opération sert surtout à attirer des clients supplémentaires pour Disney. Merci à tous les contribuables. En fin de compte tout notre territoire sera structuré en fonction des intérêts de Villages Nature et de Disney. C’est là  que se trouve la puissance financière, et le poids politique qui va avec.

5/ Cerise sur le gâteau : on apprend au détour d’un « débat » que nos élus, - ceux du Sud de l’A4 – sont pratiquement exclus des opérations à venir et de la « gouvernance » du projet pendant ses phases d’application.  On a tout simplement oublié de mettre en place une instance de concertation dans laquelle ils seraient représentés.

 

Prochaine réunion publique : mercredi 8 juin à Provins.

 

Villages Solidaires

16 rue Carrouge,

77540 Lumigny-Nesles-Ormeaux