Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quatre premiers CoDERST 2015

Publié le par Nature Environnement 77

Vous pouvez consulter les ordres du jour des 4 premiers CoDERST de l'année 2015 qui n'étaient pas disponibles sur notre blog jusqu'à présent en suivant les liens ci-dessous.

Pour toute question, n'hésitez pas à nous contacter au 01 64 71 03 78.

Partager cet article
Repost0

Prochain CoDERST le 21 mai 2015

Publié le par Nature Environnement 77

La prochaine réunion du Conseil Départemental de l'Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques (CoDERST) se tiendra le jeudi 21 mai 2015 en préfecture à Melun sur l'ordre du jour que vous trouverez ci-joint.

Si vous avez des informations à nous communiquer ou des remarques à faire sur l'un des points qui y sera évoqué contactez-nous : ne77@orange.fr ou au 01 64 71 03 78.

Partager cet article
Repost0

Fête de la Nature : au temps des moines et des comtesses

Publié le par Nature Environnement 77

Jeu de piste nature pour petits et grands

MONTEREAU
      Dimanche            24 mai 2015     14.30 - 17.00 h

Gratuit   

Au travers de l'histoire du prieuré Saint Martin, ancien château de Surville datant du 12ème siècle, présentation vidéo dans le local de la Réserve Naturelle de quelques espèces représentant la biodiversité de notre réserve naturelle. Jeu ludique et un jeu de pistes par petites groupes permettront aux participants de reconnaitre sur le terrain les espèces "mises en jeu". Retour en fin de parcours des groupes pour vérification des découvertes et remises de petites récompenses.

 

Fête de la Nature : au temps des moines et des comtesses

Publié dans Sorties Nature

Partager cet article
Repost0

Climat : moi, citoyen, je peux agir ! L’Alternatiba Sénart 77

Publié le par Nature Environnement 77

Communiqué de presse du collectif Aternatiba Sénart 77

 

Le scénario le plus favorable du Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) prévoit une hausse de 2°C d’ici 2100 et analyse les impacts considérables sur tous les domaines de la vie et de l’activité humaine.

 

Selon un sondage du 11 février 2015 « COP 21 : les Français face au changement climatique », 77% se déclarent personnellement inquiets, 52% nourrissent un sentiment d’urgence et 30% ressentent le besoin d’une mobilisation.

 

Ce besoin d'agir, d'apporter avec vous des solutions concrètes, nous le partageons et voulons le faire partager au plus grand nombre à travers la mise en œuvre d'un

 

Village des alternatives le dimanche 11 octobre 2015 à Savigny-le-Temple,

l'ALTERNATIBA SENART 77

 

Ce village se veut à la fois festival, fête, forum et université populaire visant notamment à mettre en lumière les alternatives, petites, moyennes ou grandes dans tous les domaines de la vie quotidienne : alimentation et agriculture, énergie, économie et consommation, habitat, déplacements, éducation, gouvernance et démocratie, solidarités...

 

Pour comprendre cette démarche et la rejoindre, nous vous invitons à

 

l’Assemblée Alternatiba Sénart 77,

le jeudi 2 avril 2015, à 20h15,

à Vert-St-Denis, abri couvert Jean Rostand

Ecole Jean Rostand, 8 rue de Pouilly.

Joindre Aternatiba Sénart 77 

 

Publié dans Vie Associative

Partager cet article
Repost0

Aides à la bio : FNE demande des garanties pour doubler les surfaces d'ici 2017

Publié le par Nature Environnement 77

En réponse à la mobilisation, initiée par la FNAB avec le soutien du mouvement FNE, le Ministre de l'agriculture a annoncé que les aides au maintien de la bio de l'année 2014 seraient finalement intégralement versées aux agriculteurs cet été.

FNE a immédiatement réagi pour :

Saluer la réponse de Stéphane Le Foll à l'appel lancé par les agriculteurs et les citoyens

Rappeler toutefois que ces signaux politiques contradictoires ne sont pas de nature à sécuriser la production biologique en France et regretter que ces aides soient du coup versées avec un retard considérable (paiement en été 2015 d'aides dues pour l'année 2014)

Demander que des garanties soient apportées sur les montants qui seront accordés au développement et au maintien de l'agriculture biologique pour la période 2015-2020 dans le cadre des programmes de développement rural régionaux (PDRR, deuxième pilier de la PAC), qui dépendront de la mobilisation des Conseils régionaux

Publié dans Agriculture

Partager cet article
Repost0

Un très mauvais signe de l'Etat pour l'agriculture biologique !

Publié le par Nature Environnement 77

Moins 25% pour les aides au maintien de l’agriculture biologique au titre de l’année 2014 : c'est ce qu'a annoncé le ministère de l’agriculture dans un arrêté publié le 7 mars 2015.  

Ceci est un très mauvais signal politique, totalement à l'opposé du projet agroécologique annoncé par le ministre de l'agriculture et de l'engagement du gouvernement à doubler les surfaces en bio dans son programme "Ambition bio 2017". Alors que le Grenelle de l'environnement prévoyait d'atteindre 6 % de la surface agricole française en agriculture biologique en 2012, celle-ci ne représente aujourd’hui que 4 %. Son développement et son maintien doivent être une priorité.

 

Colère des agriculteurs bio franciliens floués par le gouvernement

Voir le communiqué de presse du GAB (Groupement des Agriculteurs Biologiques) IdF :

Le GAB Île-de-France lance donc un APPEL A RASSEMBLEMENT aux paysans bio franciliens et à tous les sympathisants souhaitant le développement de l'agriculture biologique pour le

Mardi 17 mars 2015 à 11 h devant la préfecture de Région IdF

Place Albert Cohen - PARIS 15 ème

Lire aussi la tribune commune "Le gouvernement flanque un coup de massue à l’agriculture biologique" signée sur Reporterre par Stéphanie Pageot, présidente de la FNAB (Fédération Nationale d'Agriculture Biologique) et Denez L'Hostis, président de France Nature environnement, après l'annonce de la suppression de 25% des aides au maintien pour les agriculteurs bio sur la récolte 2014. 

Publié dans Agriculture

Partager cet article
Repost0

Dossier urticant sous haute surveillance

Publié le par Nature Environnement 77

Un phénomène de grande envergure se propage actuellement sur notre territoire : Les chenilles processionnaires du pin et du chêne remontent du sud et prolifèrent en Seine-et-Marne de km en km, d'année en année, à la faveur du changement climatique. En Seine-et-Marne, 81 communes sont référencées comme étant infestées, mais, selon le collectif des communes touchées par l’invasion des chenilles processionnaires du chêne et du pin, ce sont plus de 200 communes qui seraient concernées.

Certains sites identifiés et localisés n'étant pas traités, contaminent communes, bois, forêts, jardins avoisinants. Ainsi,

  • En forêt de Fontainebleau, si empruntée par les randonneurs et les cavaliers, les cocons prolifèrent à vue d'œil ainsi que sur le bord des routes, des autoroutes et chez beaucoup de pépiniéristes,

  • Dans le parking de la gare de Bois-le-Roi, des cocons se balancent au dessus des voitures et tout le long du sentier de la voie ferrée, qui est emprunté par les piétons,

  • A Larchant, grand site touristique où la vue en haut du rocher de dame Joanne est imprenable, il suffit que les visiteurs lèvent les yeux pour voir des cocons menaçants au dessus de leur tête.

Un problème de santé publique

Outre la défoliation susceptible d'entraîner des dommages pour les arbres infestés, ces chenilles peuvent causer des troubles graves à la santé de l'homme et de l'animal : elles possèdent des poils urticants microscopiques en forme de harpon pouvant être entraînés par le vent et qui provoquent des réactions cutanées importantes, boutons, démangeaisons, lésions oculaires et respiratoires. Les animaux domestiques, eux, encourent une nécrose de la langue entraînant la mort.

Des obligations

L'arrêté n° 12/PCAD/31 du 26/03/2012 du préfet de Seine-et-Marne porte obligation d'élaborer et mettre en œuvre un plan de gestion, aux fins de régulation des populations de chenilles processionnaires du chêne et du pin. Il appartient aux maires des communes infestées par les chenilles processionnaires ainsi qu’à chaque propriétaire et locataire de terrain de procéder aux actions nécessaires.

Josiane Cottron, membre de Nature Environnement 77 qui suit ce dossier, s'interroge :

  • Qu’attend-on ? Des chocs anaphylactiques, des œdèmes de Quincke voire des insuffisances respiratoires qui sont loin d'être de simples démangeaisons !

  • N'y-a-t'il pas une priorité de santé publique  quand celle-ci est reconnue?

  • A quoi sert le code de la santé ?

  • Pourquoi l'arrêté préfectoral de 2012 n'est-il pas appliqué dans de nombreuses communes ?

  • Pourquoi les services de l'état n'obligent-ils pas les mairies et citoyens concernés à respecter la loi ?

  • Faut-il encore d'autres problèmes sanitaires et environnementaux, tels que ceux relatés par la presse lors de l'été 2014 !

Des méthodes de lutte efficaces existent

Encore faut-il qu'elles soient mises en œuvre... Les processionnaires du pin vont descendre de leurs nids pour aller, en procession, s’enterrer vers la mi-mars. Il faut éliminer les nids de toute urgence ! Dans les grands massifs forestiers, s’il est impossible de traiter tous les arbres, un par un, il est cependant indispensable et obligatoire, dans les lieux très fréquentés, de réaliser des opérations d’enlèvement des nids.

Nous en appelons donc à une démarche citoyenne et à une volonté politique

Pour en savoir plus :

Pour tout complément d’information, contacter Josiane Cottron au 06 13 02 37 89 ou cottron.josiane@orange.fr

Partager cet article
Repost0

La biodiversité dans la ville : Orléans, vers une ville jardin?

Publié le par Nature Environnement 77

"La biodiversité dans la ville : Orléans, vers une ville jardin ?" est la cinquième conférence du cycle "Ma ville, demain ?" proposée par Développement Durable Notre Avenir, la Maison des loisirs et de la Culture de Cesson Vert-Saint-Denis, en partenariat avec la Maison de l'Environnement de Sénart. Elle se déroulera jeudi 5 mars à 20 h 30 à la ferme des Arts de Vert-Saint-Denis. Cette conférence sera animée par Jean-Michel Vinçot, conseiller municipal délégué à la biodiversité et à la protection de la ressource en eau. Elle nous permettra de réfléchir aux capacités de la ville à accueillir une biodiversité riche et aux moyens de faciliter et amplifier cette richesse.

L’entrée est libre

La biodiversité dans la ville : Orléans, vers une ville jardin?
Partager cet article
Repost0

Quatrième conférence du cycle "Ma ville, demain" le 12 février

Publié le par Nature Environnement 77

Quatrième conférence du cycle "Ma ville, demain" le 12 février
Partager cet article
Repost0

Parc Napoléon : Une très mauvaise idée !

Publié le par Nature Environnement 77

La réalisation de ce parc est prévue en Seine-et-Marne, à proximité de Montereau-Fault-Yonne, sur la commune de Marolles-sur-Seine. Les porteurs du projet mettent en avant l'engouement international pour Napoléon et la création d'emploi pour justifier son intérêt. 

NE 77 rappelle que la zone ciblée est classée site Natura 2000 (1), ZNIEFF (2) de type I et de type II, zone d'importance pour la conservation des oiseaux, et comprend des biotopes d'espèces protégées. L'impact des visiteurs, de la circulation automobile, des tirs au canon réguliers lui semblent incompatibles avec ce type de protection et de label.

Par ailleurs, on peut se questionner sur la viabilité économique d'un tel projet alors que la situation financière des autres parcs d'attraction d'Ile-de-France est aujourd'hui assez fragile. Dans une conjoncture où le pouvoir d'achat diminue, il y a de fortes chances pour que ce soit en priorité le budget loisirs qui soit revu à la baisse...

  1. Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels européens, terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats. Natura 2000 concilie préservation de la nature et préoccupations socio-économiques. En France, le réseau Natura 2000 comprend 1758 sites.

  2. Une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique, abrégée par le sigle ZNIEFF, est un type d'espace naturel labellisé de France. 

  • Les ZNIEFF de type I, de superficie réduite, sont des espaces homogènes d’un point de vue écologique et qui abritent au moins une espèce et/ou un habitat rares ou menacés, d’intérêt aussi bien local que régional, national ou communautaire ; ou ce sont des espaces d'un grand intérêt fonctionnel pour le fonctionnement écologique local.

  • Les ZNIEFF de type II sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes. Elles peuvent inclure des zones de type I et possèdent un rôle fonctionnel ainsi qu’une cohérence écologique et paysagère.

     

Partager cet article
Repost0