Disparition de Nicole Bricq

Publié le par France Nature Environnement Seine-et-Marne

Disparition de Nicole Bricq

Nicole Bricq était du côté des collectifs et associations mobilisés contre l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures par fracturation hydraulique et elle avait eu le courage de faire face aux lobbies pétroliers dans ce dossier. Ci-dessous quelques rappels dont nous ne pouvions nous dispenser à l'occasion de sa disparition.

Par Jane Buisson présidente 2011-2016 de France Nature Environnement Seine-et-Marne

Nous avions rencontré Nicole Bricq dans la période de mobilisation contre les "pétroles de schiste", notamment-lors des manifestations organisées par le collectif Stop pétrole de schiste 77, le 05/03/2011 à Doue et le 16/04/2011 à Meaux. Un certain nombre d'élus, dont Nicole Bricq alors sénatrice de Seine-et-Marne, étaient venus apporter leur soutien. Nous avions eu à cette époque un échange de courrier avec elle, car elle avait travaillé sur un projet de loi prévoyant purement et simplement l'abrogation des permis alors contestés. Celle-ci allait plus loin que la loi "Jacob" qui sera finalement adoptée le 13/07/2011 (cette dernière exigeant seulement des titulaires des PERH (permis exclusifs de recherche d'hydrocarbures) de déclarer la non-utilisation de la fracturation hydraulique pour qu'ils soient maintenus et laissant une porte entrouverte aux techniques de fracturation hydraulique et techniques alternatives par le biais d'"expérimentations").

J'avais eu l'occasion de la revoir à la Commanderie des Templiers à Coulommiers lors d'une réunion organisée dans le cadre de la campagne des législatives 2012 et alors qu'elle avait été nommée le 16/05/2012 ministre de l'écologie, du développement durable et de l’énergie du gouvernement Ayrault. Concernant la question des hydrocarbures, elle avait alors indiqué avoir pour objectifs :

  • La transparence, avec la publication de l'intégralité des permis octroyés, en cours ou demandés sur le site du ministère.

  • La non-précipitation et la concertation ; les arbitrages futurs sur le devenir des permis octroyés seront pris après études approfondies des différentes solutions et consultation des élus, des citoyens et du monde associatif.

  • La réforme du Code minier pour régler une bonne fois pour toutes le problème.

C'est grâce à elle qu'avait été mise en ligne sur le site du ministère l'intégralité des permis exclusifs de recherche d'hydrocarbures, avec cartes, demandes, arrêtés... Les informations quasiment exhaustives à l'origine n'ont, ensuite, pas toujours été mises à jour et ont d'ailleurs complètement disparu courant 2015. Depuis début juillet 2017 on peut uniquement accéder à une liste des PERH et concessions et à une carte. Mais pas aux demandes de permis, aux demandes de prolongation ou de mutation, etc...

Elle voulait faire vite et bien, ce qui, avec son intention de suspendre les forages d'exploration offshore au large de la Guyane, lui valut, dès le 21/06/2012, juste à son retour du sommet de Rio pour la planète (!) d'être "démissionnée" du ministère de l'écologie et transférée à celui du commerce extérieur.

Publié dans Pétrole de schiste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article